Solidarité économique, Acte II : la Commission européenne propose un plan de relance au parlement européen.

« La Commission propose aujourd’hui un nouvel instrument de relance […] dans le cadre d’un budget pluriannuel repensé. Au total, ce plan mobilisera 1 850 milliards d’euros pour réamorcer notre économie et s’assurer du rebond de l’Europe » a exprimé la commission européenne au travers du communiqué de presse qui suivit la réunion du mercredi 27 mai dernier. 

Le rôle de la commission dans le plan de relance : comment fonctionne l’Union ? 

  • La Commission est l’institution de l’Union européenne qui a le monopole de l’initiative budgétaire : c’est la raison pour laquelle elle est l’organe qui a été, ces derniers temps, très impliqué dans l’avenir économique de l’Europe. 
  • Elle représente la première étape de l’adoption du plan de relance qui aura pour ambition d’aider l’Union européenne à se relever de la crise du COVID-19. 
  • La Commission élabore donc un projet budgétaire qu’elle présente par la suite au Conseil et au Parlement européen. 

Ceci a été le fruit de la conférence qui s’est tenu le mercredi 27 mai dernier, durant laquelle la commission européenne a dévoilé au parlement européen son projet budgétaire pluri-annuel pour surmonter la crise économique liée au coronavirus.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. [https://audiovisual.ec.europa.eu/en/photo/P-043339~2F00-10]

Un consensus a-t-il été trouvé ? 

La présidente de la Commission a du faire face à de fortes divergences entre les États européens et a finalement joué la carte du consensus pour satisfaire, tant le couple franco-allemand que les États dits « Frugaux ». Ces derniers (comme l’Autriche, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède) sont réticents à l’idée de simples transferts budgétaires vers des États membres, et préfèrent l’option de prêts (remboursables) aux États les plus touchés.

Véritable équilibre entre les positions de chacun, ce projet reprend la proposition de mutualisation à 500 milliards d’euros, en y ajoutant le principe des prêts, préféré par d’autres États membres. Alors, la Commission s’apprêterait à proposer un fonds de 750 milliards d’euros dont « 500 milliards de subventions et 250 milliards de prêts ».

L’institution souhaite, pour terminer, que l’argent de ce fonds de relance soit dépensé par le biais du budget européen, autour de 3 piliers principaux :

  1. Soutenir les États directement dans leurs réponses et leur plan de relance ;
  2. Soutenir les entreprises et l’économie réelle ;
  3. Créer et améliorer les outils de l’Union européenne existants.

Prochaines étapes ?

Le plan de relance de la Commission a été bien accueilli par le Parlement européen ; ce dernier, accompagné du Conseil, va maintenant devoir débattre des nouvelles propositions et décidera de la forme finale du plan au cours de négociations à venir.

 

Pour voir le discours de la Présidente de la Commission européenne ça se passe ici : https://europa.eu/!pR83gU

_________________________________________________________________________________________

Sources :