L’accord d’investissement Chine – UE : un premier pas vers une relation sino-européenne durable ?

Source : https://www.institutmontaigne.org/blog/accord-dinvestissement-ue-chine-avancees-et-impasses

L’un des principaux objectifs du Conseil de l’Europe depuis la pandémie du coronavirus, est de développer les relations entre l’Union européenne, et la Chine ; c’est d’ailleurs ce qu’a annoncé la Commission  le 30 décembre 2020.
Dans cette perspective, un accord de principe sur l’accord global d’investissements a été rendu. Une fois ratifié, l’accord devrait garantir un meilleur équilibre dans les relations commerciales entre la Chine et les États membres de l’Union.

Cet accord fait suite à une visioconférence réunissant le président chinois Xi Jinping, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel au nom de la présidence du Conseil de l’UE, ainsi que le président français Emmanuel Macron.

Contenu de l’accord

→La Chine s’engage dans cet accord à garantir un traitement équitable des entreprises européennes afin qu’elles puissent affronter la concurrence en Chine de manière plus équitable.

→La Chine devrait par ailleurs, intégrer la durabilité dans les relations avec l’UE en matière d’investissements. C’est-à-dire que les relations commerciales devront se baser en partie sur la notion de développement durable (un élément clé de la Commission d’Ursula Von Der Leyen).

Et le respect des droits de l’Homme dans tout ça ?

Cet accord n’est pas forcément le bienvenu dans l’opinion publique. En effet, alors que le Canada, les Etats-Unis et le Royaume-Unis ont interdis l’importation de produits issus du travail forcé des Ouïghours, l’UE choisit de “créer un partenariat” avec la Chine.
Outre l’aspect durable et environnemental que l’UE a ramené au centre des relations dans cet accord, l’Union a aussi réussi à faire avancer la Chine en matière de respect des droits de l’Homme et de droit du travail. En effet, la Chine a accepté de déployer des efforts soutenus pour ratifier les conventions fondamentales de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) sur le travail forcé.
De plus, chaque partenariat devra faire preuve d’une très grande transparence en matière de travail.

Toutefois, le traité doit encore être signé par les parties prenantes et des négociations doivent encore avoir lieux, et ce dans un délai de deux ans.


Sources :

  • https://www.vie-publique.fr/en-bref/277968-ue-chine-premiere-etape-vers-un-accord-global-sur-les-investissements
  • https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_20_2541
  • https://www.institutmontaigne.org/blog/accord-dinvestissement-ue-chine-avancees-et-impasses
  • https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/31/la-chine-et-l-union-europeenne-concluent-un-accord-de-principe-sur-les-investissements_6064888_3210.html
  • https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/30/ue-et-chine-concluent-un-accord-de-principe-controverse-sur-les-investissements_6064840_3210.html
  • https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/interview/accord-dinvestissements-ue-chine-lautonomie-strategique-cest-affirmer-ses-interets-et-ses-principes/